MOT DU PRÉSIDENT

Créé en 2004, l’organisme Mission-Partage œuvre au service des plus démunis de la planète, d'abord en Inde et maintenant en République démocratique du Congo (RDC), grâce à l’engagement et au dévouement incessants de sa fondatrice, Danielle Laurin, au support constant de plusieurs bénévoles et avec l’aide de donateurs québécois et canadiens.


Au fil des ans, l’organisme apporte aide, réconfort et surtout espoir et dignité aux pauvres et aux démunis, par des gestes de solidarité. L’aide est apportée dans les secteurs de la santé, de l’éducation et des programmes de formation professionnelle de base, afin de permettre aux bénéficiaires de sortir de leur misère en acquérant des compétences directement utilisées dans leur milieu de vie. Grâce à ces interventions, les plus pauvres acquièrent une certaine autonomie et surtout retrouvent leur dignité. De l’Inde, les interventions de Mission-Partage essaiment vers la RDC où les mêmes principes sont appliqués : intervenir auprès des plus fragiles, des plus démunis, dans des actions locales ayant un impact direct sur les bénéficiaires ciblés.


Début 2020, Danielle et Line, co-fondatrice, souhaitent « passer le flambeau ». Leur engagement et leur enthousiasme demeurent, mais leur fatigue est grande. Un nouveau conseil d’administration est élu, que j’ai l’honneur de présider. Largement inspiré par celui de la fondatrice, notre objectif est de poursuivre la magnifique œuvre amorcée en nous concentrant d’abord sur la RDC où Mission-Partage dispose de « relais » locaux et où quelques projets ont déjà été soutenus. Chaque année, un membre de l’équipe, sur ses fonds propres, visite les sites de réalisation des projets et en fait rapport aux membres.


Organisme de charité officiellement reconnu par les gouvernements, Mission-Partage ne peut intervenir sans le support financier de bénévoles et donateurs impliqués, c’est pourquoi nous faisons appel à votre générosité. Inutile de vous dire qu’en cette période post-COVID 19, les besoins dans un pays en développement comme la RDC sont immenses, car la pandémie s’est ajoutée aux innombrables difficultés quotidiennes vécues par les populations locales. Merci d’avance d’être à l’écoute et généreux.


Seuls nous ne sommes qu’une goutte d’eau dans l’océan,

mais ensemble nous pouvons faire une différence dans leur vie.
 

Merci de nous permettre de les aider!

François Bouilhac